Sermon du vendredi 08 avril 2022, prononcé par Sa Sainteté le Calife, Hadrat Mirza Masroor Ahmad, à la mosquée Moubarak, à Islamabad, Tilford au Royaume-Uni. Après le Tashahoud, le Ta’awudh et la Sourate Al-Fatiha, Sa Sainteté le Calife a cité le verset suivant avant d’entamer son sermon.


وَإِذَا سَأَلَكَ عِبَادِي عَنِّي فَإِنِّي قَرِيبٌ أُجِيبُ دَعْوَةَ الدَّاعِ إِذَا دَعَانِ فَلْيَسْتَجِيبُوا لِي وَلْيُؤْمِنُوا بِي لَعَلَّهُمْ يَرْشُدُونَ ۞

La traduction de ce verset est comme suit : « Et quand Mes serviteurs t’interrogent sur Moi, certainement Je suis tout près. J’exauce la prière du suppliant quand il M’implore. Ils doivent donc M’écouter et croire en Moi afin qu’ils soient bien guidés. »

Par la grâce d’Allah, nous sommes en train de traverser le mois du Ramadan. C’est le mois de l’exaucement des prières. De par Sa grâce spéciale, Allah a annoncé qu’Il exauce les supplications au cours de ce mois. Il fait couler Sa source spéciale durant ce mois, car chacune des actions de l’homme durant ces jours est consacrée à la quête du plaisir de Dieu. Il cesse même de manger et de boire pour la cause d’Allah durant une période spécifique. C’est pour cette raison que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) a déclaré : « Les portes du Paradis sont ouvertes au cours de ce mois et les portes de l’enfer sont fermées. » Satan est enchaîné au cours de ce mois. Ainsi, nous sommes chanceux qu’Allah nous a offert des moyens de mériter Sa proximité. Nous serons des plus malheureux si nous ne profitons pas de pareilles circonstances. En ce monde, les fornicateurs, les brigands, les voleurs, les pécheurs et les vicieux cessent-ils de commettre leurs méfaits au cours du Ramadan ? Certainement, ils ne cessent pas de le faire. Si les démons de tout un chacun étaient enchaînés, ils ne commettraient pas ces actes sataniques.

Ce conseil s’adresse en fait aux croyants, à ceux souhaitant mériter la proximité divine. « Au cours du Ramadan, suivant Mes injonctions, vous vous interdisez des actes licites, déclare Allah : c’est pour cette raison que Je vous donne la bonne nouvelle que Satan ne jouit pas [durant le Ramadan] de sa liberté des jours ordinaires. » Satan avait en effet demandé à Dieu l’occasion d’égarer les hommes, en les assaillant à droite et à gauche, devant et derrière, et de les inciter à le suivre. [Allah déclare] : « Aujourd’hui, soit durant le Ramadan, J’ai enchaîné Satan [pour les jeûneurs]. J’ai accordé Ma protection entière à ceux qui jeûnent pour Moi, qui réduisent leur nourriture et qui tentent de progresser dans leur spiritualité. » Le Messie Promis (a.s.) a déclaré [que les véritables jeûneurs] diminuent leurs aliments physiques pour accroître leurs aliments spirituels et font des efforts en ce sens. Ceci est l’esprit du Ramadan et du jeûne. Allah accorde une protection entière à pareilles gens contre Satan.

Allah annonce aussi que Sa personne est la récompense du jeûneur. Quelle bonne nouvelle ! Nous devons tenter d’en tirer profit et essayer d’entrer par toutes les portes du Ciel qu’Allah nous a ouvertes. Il ne faut pas que nous soyons [du nombre] de ceux à propos de qui Allah déclare : « Je n’ai aucun intérêt à ce que vous ayez faim et soif. Si vous avez pris le petit-déjeuner le matin et rompu votre jeûne le soir mais n’avez pas accompli les bonnes œuvres que vous étiez censés faire la nuit et le jour, votre faim et votre soif de la journée ne vous seront d’aucune utilité. Allah n’a d’ailleurs pas comme objectif de vous garder ainsi affamés et assoiffés.

Nous avons reçu ce message par l’intermédiaire du Noble Prophète (s.a.w.).

Nous devons donc comprendre cet esprit et y conformer notre vie : c’est le but du Ramadan. Le verset que j’ai récité se situe entre les versets expliquant l’obligation et les règles du Ramadan et l’importance du jeûne.

Ce verset évoque la méthode à suivre pour faire exaucer ses prières, soit ceux dont les supplications sont acceptées. Il s’agit des ‘Ibâd Al-Rahmân (adorateurs de Dieu) et ceux qui souhaitent en faire partie et sortir des griffes de Satan et qui veulent voir leurs prières exaucées. Allah déclare au tout début : « Et quand Mes serviteurs te demandent, ô Messager : « Où est notre Dieu ? » Ils posent cette question comme des amoureux anxieux. Ils entreprennent tous les efforts pour atteindre Dieu et expriment leur angoisse [à cet égard]. Allah déclare : « Réponds-leur : « N’ayez pas peur. Je suis proche de vous. » Ainsi, la première condition pour atteindre Allah est le fait d’être serviteur d’Allah.

Si l’on respecte les exigences qui s’imposent à un serviteur de Dieu, Celui-ci annonce : « J’entends son appel et J’enchaine son Satan. Chaque fois que Satan l’attaquera, Je Me porterai à son secours, non seulement au cours d’un mois de l’année, celui du Ramadan, mais pour toujours : Je protégerai pareil individu des attaques de Satan, à condition qu’il respecte le devoir de Mon culte et obéisse à Mes commandements en permanence. Il ne doit pas se contenter d’accomplir de bonnes actions uniquement pendant le mois du Ramadan : il doit respecter ses devoirs envers Allah et autrui. Il doit suivre les enseignements du Saint Coran et renforcer sa foi.

Allah déclare : « Ayez une foi indéfectible et croyez en tous Mes attributs ; et alors vos prières seront exaucées. » C’est en menant une telle vie que l’on méritera la véritable direction. Chanceux sont ceux des nôtres qui ont fait de ce Ramadan une source pérenne de l’exaucement de leurs prières et qui tentent de devenir de véritables serviteurs d’Allah, qui obéissent à Ses commandements et qui perfectionnent leur foi. Nous sommes chanceux qu’Allah nous ait permis d’accepter le Messie Promis (a.s.) et le Mahdi, l’Imam de l’époque et le véritable amoureux du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). C’est lui qui nous a montré la voie pour se rapprocher d’Allah, pour favoriser l’acceptation de nos supplications ainsi que la méthode de prier. Le Messie Promis (a.s.) déclare :

« Allah a ouvert une seule porte pour le bien de Ses créatures : celle de la supplication. Quand un suppliant, secoué de pleurs et de lamentations, passe par cette porte, Son Maitre Gracieux le revêt du manteau de la pureté et de la droiture. Dieu lui dévoile tant Sa majesté et Sa grandeur, qu’il fuit loin, très loin même, des œuvres vaines et futiles. »

Le Messie Promis (a.s.) décrit les conditions nécessaires à l’acceptation de la prière et ses exigences, ainsi que celles [à respecter] pour se transformer en serviteur d’Allah. Il déclare : « Celui qui n’agit pas ne prie pas. Voire, il est en train d’éprouver Dieu. D’où la raison d’user de toutes ses forces avant de prier. Voilà le sens de la prière : « Guide-nous sur le droit chemin. » L’homme doit tout d’abord analyser ses croyances et ses œuvres : car selon la pratique divine, la réforme est tributaire à la présence des moyens. Il crée des moyens, qui sont la cause de la réforme de l’intéressé. Ceux qui affirment que puisqu’ils ont prié les œuvres sont désormais superflues, doivent réfléchir à ce propos. »

Étant donné qu’ils ont prié, ils pensent que ce n’est plus la peine d’agir, d’avoir recours aux moyens ou de faire des efforts.

Le Messie Promis (a.s.) déclare : « Ils sont des sots. La supplication est en soi un moyen secret qui engendre d’autres moyens. »

Il est nécessaire d’entreprendre des efforts et de demander la grâce d’Allah pour favoriser l’acceptation des prières et devenir un serviteur d’Allah. Pour mériter [ce statut], il faudra se joindre aux rangs de Ses serviteurs en [l’implorant] ardemment et en luttant en ce sens. Il faudra Lui demander de nous compter parmi Ses serviteurs, Ses Serviteurs spéciaux en termes de croyance et d’actes. Avant de prier, l’on doit tenter de conformer ses actions à la volonté de Dieu et de rejoindre ces serviteurs possédant une foi inébranlable et qui sont fermes. Ils sont certains qu’Allah possède le pouvoir de transformer une poignée d’argile en or et qu’Il peut même inclure les plus dépravés parmi Ses adorateurs et les guider pour qu’ils ne cessent pas de suivre la voie qui mène à Lui.

Allah a également mentionné ce sujet dans le Saint Coran [en disant] « Je guide vers Ma voie ceux qui s’efforcent de la suivre. Il affirme à ce propos :

وَالَّذِينَ جَاهَدُوا فِينَا لَنَهْدِيَنَّهُمْ سُبُلَنَا

C’est-à-dire : « Nous guidons assurément ceux qui s’efforcent de Nous rencontrer. » Le mois du Ramadan est très propice à ce jihad. Nous devrions faire de notre mieux [durant ces jours] et entreprendre un jihad afin que nous puissions rejoindre ces serviteurs de Dieu qui sont Ses adorateurs, qui sont proches de Lui et dont Allah exauce les prières. [Il nous incombe] de rejoindre ceux qui suivent les commandements d’Allah, et qui ont une foi et une certitude parfaites en tous les attributs de Dieu. [Il nous incombe] de rejoindre ceux qui suivent la vraie direction et ceux dont le Satan est enchaîné pour toujours. Mais comme il ressort clairement de la déclaration d’Allah, il nous faut au préalable accomplir un jihad. Nous devons ajuster notre condition selon la volonté de Dieu. À cet égard, le Messie Promis (a.s.) nous a guidés à différentes occasions et sous différents angles. Il déclare :

« Celui qui se vautre dans la plus grande indifférence et la plus grande paresse ne profitera point des faveurs divines dont profite celui qui se voue corps et âme à Dieu, usant de toutes ses facultés mentales, de toutes ses forces, de toute sa sincérité. […]

Dans un autre [verset] Dieu indique à ce propos :

وَالَّذِينَ جَاهَدُوا فِينَا لَنَهْدِيَنَّهُمْ سُبُلَنَا

« Nous dirigerons assurément sur Nos voies ceux qui y font des efforts. »

Il précisé ici que Dieu n’inclura pas le négligent et le paresseux parmi ceux qui s’évertuent par tous leurs moyens de mériter Sa proximité – ceux-là accomplissent un jihad.

D’aucuns me présentent leurs interrogations et m’écrivent à ce propos. Ils disent : « Nous avons beau prier, nous n’arrivons pas à atteindre notre objectif. » Ceux qui font pareilles déclarations se trompent. La faute ne revient pas à Dieu. Ce que l’homme pense être des prières de haut niveau seraient peut-être aux yeux d’Allah déficientes, le suppliant ayant besoin de faire plus d’efforts. Ensuite, il faut examiner sa façon de prier. Le Messie Promis (a.s.) déclare qu’Allah guide certainement sur Sa voie ceux qui usent de toutes leurs facultés mentales, de toutes leurs forces, étant très sincères dans leur quête de Dieu. Nous devons voir si nous avons suivi le commandement d’Allah au mieux de nos capacités et de notre intellect, conformément à l’injonction : « Qu’ils répondent à Mon appel. »

Nous devons nous demander si nous nous évertuons réellement à suivre les commandements d’Allah, si nous tentons de répondre à tout appel de Dieu, si nous tentons de suivre toutes Ses injonctions avec sincérité et fidélité indéfectibles. Sinon, nous ne devons pas nous plaindre qu’Allah le Tout-Puissant n’a pas écouté nos prières. Pour que nos prières soient exaucées, il faudra d’abord changer sa situation et faire un pas vers Dieu. Le jihad est nécessaire. [Allah n’attend même pas] que son serviteur pousse son jihad à son apogée : Allah est si bienveillant qu’Il le récompense en acceptant ses moindres efforts en tant que jihad. Vu que Sa miséricorde prévaut sur tout, le jihad du serviteur devient facile. Dieu lui facilite la tâche. Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) relate qu’Allah affirme : Lorsque le serviteur fait un pas vers Moi, Je fais deux pas vers lui, Je m’avance vers lui. Quand il marche vers Moi, Je cours vers lui.

Dieu est à ce point bienveillant envers nous. Mais la sincérité et la fidélité sont les conditions [essentielles].

Il ne faut pas être de ceux qui affirment qu’ils accompliront la Salât au cours du Ramadan, qu’ils suivront les injonctions d’Allah, qu’ils respecteront leurs devoirs envers Lui et envers Ses créatures – ils le font certes – mais qui après le Ramadan oublient Dieu et Ses commandements. Si le matérialisme l’emporte sur nous, nous ne devons pas nous plaindre à propos de Dieu en disant que bien qu’Il ait promis de répondre à celui qui L’appelle, nous avons beau prier au cours du Ramadan, nos suppliques ne sont pas exaucées.

Allah sait tout. Il ne faut pas oublier cela. Il sait que celui-là a fait des promesses et les a rompues. Pour l’instant, il se concentre sur les bonnes œuvres uniquement au cours du Ramadan.

Allah traite ces gens-là comme Il le veut. Parfois, Il accepte également leurs prières afin qu’ils sachent qu’Allah exauce les suppliques et afin qu’ils se prosternent devant Lui à tout moment. Allah n’opprime pas Son serviteur. Il tente à tout instant de le prendre dans le giron de Son amour. Il est plus heureux du retour de Son serviteur et de Son obéissance sincère qu’une mère qui retrouve son enfant perdu ou qu’un voyageur qui retrouve son chameau chargé de provisions après l’avoir perdu en plein désert. L’Envoyé d’Allah (s.a.w) nous a présenté ces exemples pour décrire la joie d’Allah. C’est nous qui négligeons nos devoirs envers Dieu et ensuite nous avons l’audace de nous plaindre [en disant] qu’Il n’a pas écouté nos prières. Il faudra accomplir son introspection à cet égard. Nous devons promettre de faire de ce Ramadan un moyen pour atteindre Dieu et de faire de notre mieux pour suivre Ses ordres.

Peu importe notre situation, peu importe combien de temps nous devons mener ce jihad, nous ne cesserons pas de le mener pour gagner l’amour et la proximité de Dieu ; et nous tenterons de renforcer davantage notre foi. Si telle est notre condition, nous verrons certainement se produire les miracles de l’acceptation des prières. Il ne s’agit pas ici de simples paroles : d’aucuns ont atteint ce stade et certains l’atteignent encore aujourd’hui. Le Messie Promis (a.s.) déclare : « Treize cents ans se sont écoulés depuis la révélation de ce verset. Sans nul doute, tous ceux qui – conformément à Sa déclaration – se sont évertués au cours de cette période, ont pu profiter de la promesse [divine évoquée], notamment qu’ils seront guidés vers la voie de Dieu. Jusqu’à présent, des gens en profitent et ils en profiteront encore à l’avenir. »

C’est à nous de faire des efforts pour profiter de cette grâce divine. Nous ne devons jamais atténuer notre jihad, le jihad pour gagner le plaisir d’Allah, le jihad pour suivre les commandements d’Allah, le jihad pour suivre les sept cents commandements du Coran, le jihad pour perfectionner notre foi, le jihad pour acquérir les attributs d’Allah. Que chacun de nos pas soit orienté vers le progrès. Ce Ramadan doit être un jalon [sur la voie] de notre jihad.

Je vais présenter d’autres dires du Messie Promis (a.s.) à ce sujet. C’est un thème qui mérite d’être réitéré et compris par nous [tous]. S’il fait partie intégrante de notre vie, nous pourrons créer une révolution dans le monde.

Le Messie Promis (a.s.) déclare : « Les expériences de la vie nous enseignent que chaque action génère une réaction de la part de Dieu. Cette loi, qui s’applique aussi dans le cadre spirituel, est énoncée dans les deux versets suivants :

وَالَّذِينَ جَاهَدُوا فِينَا

لَنَهْدِيَنَّهُمْ سُبُلَنَافَلَمَّا زَاغُوا أَزَاغَ اللَّهُ قُلُوبَهُمْ

« Et quant à ceux qui font des efforts pour Notre cause – Nous les dirigerons assurément sur Nos voies. » (Le Saint Coran chapitre 29, verset 70)

« Alors, quand ils dévièrent du droit chemin, Allah fit dévier leurs cœurs, car Allah ne guide pas le peuple rebelle. » (Le Saint Coran chapitre 61, verset 6)

C’est-à-dire : en réaction à l’effort entrepris par ceux qui se sont évertués corps et âme pour Nous atteindre, Nous les guiderons sur notre voie. Quant à ceux qui ont emprunté la voie tortueuse et qui ne souhaitent pas marcher sur la bonne, Nous pervertirons leur cœur en conséquence. »

Le Messie Promis (a.s.) a présenté ce sujet sous un autre angle. Allah déclare : « Et si vous vous efforcez de suivre Notre chemin, vous mériterez Notre grâce. Mais vous devez aussi connaître l’envers de la médaille : « Si vous ne suivez pas le chemin d’Allah, vos cœurs vont se pervertir. Loin de faire exaucer vos prières, en évitant de marcher sur la voie de Dieu vous tomberez dans le giron de Satan. Celui qui tombe dans le giron de Satan détruit à la fois sa vie ici-bas et dans l’Au-delà.

Cet énoncé de Dieu comprend d’une part une bonne nouvelle ; mais d’autre part, Allah a également donné un avertissement. Le Messie Promis (a.s.) explique : « Le cœur de l’homme est sujet à plusieurs états. Mais finalement Dieu dissipe les faiblesses des âmes vertueuses ; Il les purifie et leur confère la force nécessaire pour accomplir le bien. Ainsi la personne [concernée] considère comme détestable toute chose que Dieu déteste et considère comme plaisante toute chose qui plaît à Dieu. Elle reçoit par la suite une force après laquelle elle ne faiblit plus ; elle est récipiendaire d’une ardeur qui n’est point ternie par la paresse. Dieu lui confère la Taqwa (la crainte révérencielle de Dieu) après laquelle il n’y a plus la moindre trace de péché. Dieu le Gracieux est content qu’elle ne commet plus de transgression. Mais cette grâce n’est accordée qu’après une longue période.

Etant faible, l’homme trébuche et tombe au niveau le plus bas lors de ses premiers pas. Mais en fin de compte, ayant trouvé le Véridique, une force supérieure le soulève. Voilà ce qu’indique le verset :

وَالَّذِينَ جَاهَدُوا فِينَا لَنَهْدِيَنَّهُمْ سُبُلَنَا

Le Messie Promis (a.s.) explique en arabe : [ce verset signifie] : Nous affermissons leur pas sur les voies de la Taqwa et de la foi ; et Nous les guidons vers les voies de l’amour et de la gnose ; et Nous facilitons pour eux l’accomplissement de bonnes œuvres et l’abandon du péché. »

Comme je l’ai dit, le Messie Promis (a.s.) nous a prodigué des conseils sous différents angles en se basant sur le verset وَالَّذِينَ جَاهَدُوا فِينَا. Il nous a ouvert les portes du savoir et de la gnose. En décrivant la nature humaine, il explique que l’on ne peut demeurer dans le même état. Il y a des hauts et des bas dans la nature humaine : mais le bienheureux tire aussi des leçons de ses faiblesses. Il se repent, demande pardon, s’incline devant Allah, ressent des remords en raison de ses faiblesses et se redresse pour se mettre en quête de Dieu. Ceci attise l’amour et la clémence de Dieu. Il court vers Son serviteur et lui octroie le pouvoir de se purifier et d’accomplir le bien.

Quand, de par la grâce divine, l’on détient la force de se purifier et d’accomplir des œuvres pieuses, chacune de ces actions vise le plaisir de Dieu et l’on se débarrasse de toute faiblesse et paresse. L’on marche sur la voie de la Taqwa et l’on est protégé des péchés. Celui qui obtient un tel plaisir d’Allah ne commet plus d’erreurs susceptibles d’attirer le courroux d’Allah.

Le Messie Promis (a.s.) a déclaré qu’il faut travailler avec persévérance pour atteindre cet état et non pas se contenter d’un travail temporaire. Un travail permanent est nécessaire. C’est ensuite que la vertu et l’exaucement des prières par Dieu feront partie intégrante de notre vie.

Le Messie Promis (a.s.) explique : « [Allah déclare] : « Nous montrerons nos voies à quiconque œuvre sur notre chemin. D’une part, il y cette promesse et d’autre part Dieu nous enseigne la prière :

اهْدِنَا الصِّرَاطَ الْمُسْتَقِيمَ

En l’ayant en tête, l’homme doit implorer Dieu, la douleur au cœur, tout en souhaitant être de ceux qui ont progressé et qui détiennent la perspicacité, de peur de quitter ce monde en tant qu’aveugle. »

Allah guide Son serviteur vers Son chemin afin qu’il atteigne cette position ; cette prière est importante et on doit la répéter en récitant la sourate Al-Fâtihah : « Guide-nous sur le droit chemin. »

Quelqu’un de Qadian a décrit l’état de la Salât d’un aîné. Le narrateur déclare qu’un compagnon du Messie Promis (a.s.) se tenait dans un coin de la mosquée Moubarak, accomplissant la Salât avec grande humilité et dévotion. Il est resté longtemps debout les mains croisées. Le rapporteur déclare que sa curiosité a été attisée par ce qu’il récitait à voix basse. Il ne cessait de répéter avec émotion : « اهْدِنَا الصِّرَاطَ الْمُسْتَقِيمَ »

L’on doit réciter cette prière à foison pour sa direction. Le Messie Promis (a.s.) déclare : « Dieu promet d’ouvrir les voies de la direction et du savoir à celui qui, en toute sincérité et avec de bonnes intentions, cherche la voie qui mène à Lui. Il annonce d’ailleurs dans le verset suivant :

وَالَّذِينَ جَاهَدُوا فِينَا لَنَهْدِيَنَّهُمْ سُبُلَنَا

« Et quant à ceux qui font des efforts en Nous – Nous les dirigerons assurément sur Nos voies. » « Faire des efforts en Nous » signifie que leur objectif est Dieu et qu’ils sont sincères dans leurs intentions. »

Ils souhaitent uniquement atteindre Dieu. Ils n’ont pas des objectifs mondains. Leur but est d’atteindre Dieu en toute sincérité.

Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « Mais en sera privé celui qui prend la voie de la dérision et du ridicule. Suivant ce principe, si l’on est sincère dans ses efforts et que l’on ne cesse pas de prier, Dieu sera Pardonnant et Miséricordieux. Mais si l’on ne se soucie pas de Lui, que l’on sache qu’Il est Indépendant. »

C’est-à-dire qu’Allah ne se souciera pas [dans ce cas] de votre personne.

Le Messie Promis (a.s.) déclare : « L’homme doit d’abord lutter avant de pouvoir entamer quelque entreprise en ce monde. »

Les efforts sont nécessaires pour toute entreprise. Cette règle est en vigueur en ce monde.

« Quand il active ses mains et ses pieds, Allah bénit ses efforts. De même, seuls ceux s’efforçant dans la voie de Dieu atteignent la perfection. D’où l’annonce du Coran :

وَالَّذِينَ جَاهَدُوا فِينَا لَنَهْدِيَنَّهُمْ سُبُلَنَا

Il faut donc s’évertuer, car la lutte est la voie du succès.

Étant donné que nous poussons à l’extrême nos efforts pour atteindre des objectifs mondains, pourquoi ne pas en faire de même pour atteindre Dieu ?

Pourquoi pensons-nous qu’il suffit de prononcer quelques prières pour atteindre Allah ou qu’Il acceptera [pour si peu] nos prières ?

Ceux qui disent que leurs prières n’ont pas été exaucées doivent d’abord accomplir leur introspection. Il est impossible qu’il soit aisé d’atteindre Allah quand un travail acharné est nécessaire pour les affaires matérielles. Le même principe s’applique partout.

Le Messie Promis (a.s.) explique que les efforts sont nécessaires pour atteindre Dieu.

Il déclare : « Ceux qui s’évertuent dans Notre voie seront guidés en fin de compte. Sans soin et arrosage, la semence demeure sans bénédiction, voire elle périt. De même, sans cette supplique et cette prière quotidienne quémandant l’aide de Dieu, l’on ne méritera pas Sa grâce. Et sans aide divine, le changement est impossible. »

Telle est la loi de la nature. Ceci est également nécessaire afin d’atteindre Allah. Un planteur ne croise pas les bras après avoir ensemencé sa terre ; de même il ne suffit pas de dire qu’on a cru pour ensuite ne rien entreprendre. Nous devons faire des efforts et prendre soin des plantes de notre foi.

Le Messie Promis (a.s.) déclare : « Dieu se tournera vers celui qui se tourne vers Lui. L’homme quant à lui ne doit point être négligent. Il ne verra la lumière de Dieu que lorsque ses efforts atteindront leur point culminant. C’est ce qui a été indiqué dans le verset suivant : « Et quant à ceux qui font des efforts pour Notre cause – Nous les dirigerons assurément sur Nos voies. ». Cela implique que ces efforts doivent être à la hauteur de ses responsabilités. À titre d’exemple, on ne doit pas s’arrêter à 2 mètres quand on doit creuser 20 mètres pour atteindre l’eau. »

On ne peut s’arrêter à deux mètres si l’on doit en creuser 20 pour ensuite se plaindre qu’on n’a pas trouvé d’eau.

« La clé du succès est la persévérance. Dieu a promis d’accomplir toutes les promesses du Coran en faveur de celui qui, appartenant à cette communauté, priera de toute son âme et s’efforcera de la purifier. Celui qui agira autrement en sera privé, car Dieu est Jaloux. Il a certainement tracé une voie conduisant à Lui, mais la porte qui y mène est très étroite. Celui-là l’atteindra qui acceptera de boire la coupe amère. »

En somme, les efforts sont nécessaires.

« Les gens sont prêts à subir toutes les souffrances, voire même la mort, pour ce bas monde, mais se refusent l’égratignure d’une épine pour la cause de Dieu.

Si la sincérité, la patience et la fidélité ne se manifestent pas en l’homme, Dieu éprouvera-t-Il de la pitié en sa faveur ? »

Ceci est donc la réponse à ceux prétendant qu’ils ont beau prier, leurs prières ne sont pas agréées. C’est comme s’ils affirmaient qu’ils se tourneront vers Dieu à leur guise, quand ils auront besoin de Lui. Allah, quant à Lui, doit exaucer leur moindre supplique inconditionnellement – qu’Allah nous préserve [d’une telle pensée] !

Or il n’en est pas ainsi dans les lois et les relations du monde, comme l’explique le Messie Promis (a.s.). Pourquoi donc s’attendre à ce que tous nos vœux présentés à Dieu soient exaucés tels quels et sans efforts de notre part ? Le Messie Promis (a.s.) nous demande de nous tourner vers Dieu en toute sincérité et [nous dit] que nous serons alors témoins de Son amour à notre égard.

Le Messie Promis (a.s.) déclare : « Sachez que la foi sans actes est comme un jardin sans canaux [pour l’irriguer]. L’arbre planté se desséchera tôt ou tard si le planteur ne l’arrose pas. Il en est de même pour la foi.

والذين جاھدوا فینا

En d’autres termes, ne vous contentez pas d’un travail léger : de grandes luttes sont nécessaires. »

Il a comparé le Nafs à un taureau. Allah déclare :

والیؤمنوا بی

C’est-à-dire : Que ceux qui M’invoquent croient en moi. La foi consiste à respecter nos devoirs envers Allah et envers autrui. Allah demande à Ses serviteurs d’irriguer le jardin de leur foi et d’en prendre soin. Si nous ne soignons pas régulièrement nos plantes à la maison, elles commencent à flétrir. « Comment pouvons-nous abandonner le jardin de la foi sans soin ? »

Le Messie Promis explique ce sujet sous un autre angle : « Allah déclare : Nous guiderons vers Nous ceux qui s’évertuent sur notre voie. Cela signifie qu’il faut lutter dans cette voie avec le Prophète. Le Moujâhid ne s’enfuit pas après une ou deux heures de travail : il doit être prêt à donner sa vie. La persévérance est le signe du Mouttaqi. »

Dans notre serment d’allégeance nous promettons de préférer la foi à ce monde. Pour respecter cet engagement, il sied d’examiner ce que la religion exige de notre part et ce à quoi nous devons accorder priorité. Ensuite, nous devons suivre avec constance cette voie.

Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « En tenant sa main, Allah montre la voie et accorde la sérénité à celui qui, nourrissant en lui la crainte divine, tente de suivre Son chemin et L’implore pour la résolution de son affaire et ce conformément au principe énoncé ci-dessous :

وَالَّذِينَ جَاهَدُوا فِينَا لَنَهْدِيَنَّهُمْ سُبُلَنَا

(C’est-à-dire, Nous montrons Nos voies à ceux qui s’efforcent de les suivre). Si l’on prie avec un cœur regorgeant de ténèbres et une foi ternie par le polythéisme et l’innovation, à quoi servira pareille supplication et pareille requête : quels résultats positifs apporteront-elles ? »

Ainsi, nous devons constamment nous analyser et nous demander si nous cherchons à suivre les voies d’Allah avec cette pensée et si nos cœurs sont entièrement libres de tout autre qu’Allah.

Le Messie Promis (a.s.) attire notre attention sur le repentir et la Tawbah.

Il déclare : « La Tawbah et l’Istighfâr sont les moyens pour atteindre Allah. Il déclare :

وَالَّذِينَ جَاهَدُوا فِينَا لَنَهْدِيَنَّهُمْ سُبُلَنَا

Evertuez-vous dans Sa voie et vous atteindrez la destination. Allah n’est avare à l’égard de personne. »

Le Messie Promis (a.s.) déclare : « Le Saint Coran nous présente d’une part les attributs de grâce, de miséricorde et de bonté de Dieu. Il Le présente comme le Rahmân. D’autre part, en déclarant :

وَأَنْ لَيْسَ لِلْإِنْسَانِ إِلَّا مَا سَعَى

وَالَّذِينَ جَاهَدُوا فِينَا لَنَهْدِيَنَّهُمْ سُبُلَنَا

Allah dit que l’obtention de Sa grâce dépend des efforts et de la lutte. La conduite des compagnons nous sert de bon exemple à cet égard. Étudiez la vie des compagnons : avaient-ils mérité leur statut par de simples prières ? Non. Dans leur quête du plaisir de Dieu, ils ne se sont même pas souciés de leur vie et se sont sacrifiés comme des brebis dans la voie de Dieu ; et c’est là qu’ils ont obtenu ce statut. Beaucoup souhaitent mériter ce statut par un simple souffle et ainsi atteindre le trône de Dieu. Cela est impossible. »

Certes, Allah est Gracieux et Miséricordieux, mais Il a aussi stipulé comme condition pour ceux qui souhaitent parfaire leur foi qu’ils doivent lutter pour Sa cause. C’est là qu’Allah exaltera leur statut et que leurs prières seront exaucées et qu’ils seront témoins, dans une plus grande mesure, de la Rahmâniyyah et de la Rahîmiyyah d’Allah à l’instar des Compagnons. Ils sont incomparables dans l’amour qu’ils éprouvaient pour Dieu. Même s’ils ont été tués dans la voie d’Allah, ils ont reçu la bonne nouvelle du Paradis et du plaisir d’Allah.

Le Messie Promis (a.s.) déclare : « Leurs efforts ne seront pas vains, ceux qui, mus par un grand émoi, s’efforcent d’atteindre Dieu. Ils mériteront certainement la direction. Dieu S’approche de celui qui s’avance vers Lui avec sincérité et de bonnes intentions afin de le guider. Il incombe à l’homme de méditer et de cultiver le désir et la soif de la quête de la vérité. Suivez la voie indiquée par Dieu pour accroître votre savoir. Dieu est indifférent à celui qui l’est envers Lui. »

Ensuite le Messie Promis (a.s.) déclare : « Évertuez-vous à reformer votre Nafs. Implorez Dieu lors de votre Salât. À travers les aumônes et par tout autre moyen, soyez de ceux qui sont évoqués dans le verset والذین جاھدوا فینا.

Le malade consulte le médecin : il prend des médicaments et des laxatifs, il se fait une saignée, il use de cataplasmes. Il s’échine pour trouver la guérison. De même, faites de votre mieux pour vous débarrasser de vos maladies spirituelles. Ne vous ne contentez pas de simples paroles : usez de tout moyen que Dieu a mentionné. »

Ceci est la voie par laquelle on atteint Allah et qui nous pousse à prier.

Le Messie Promis (a.s.) déclare : « Ce monde doit être, aux yeux de l’homme, si détestable qu’il s’efforce de le quitter. Ne considérez pas cette vie comme une fin en soi. »

Sachez que cette vie matérielle est éphémère et impure. « Ayez recours à la prière. Celui qui use à bon escient de moyens et de sincères supplications méritera le salut de la part de Dieu. Il sort de la vie pécheresse, car la prière n’est point insignifiante : elle est une mort. Quand l’homme accepte cette mort, Allah le protège de sa vie fautive [qui était] la raison même de sa mort [spirituelle] et lui accorde en retour une vie pure. »

Le Messie Promis (a.s.) déclare : « Beaucoup de gens considèrent que la prière est une chose banale. Or, sachez que la supplication ou le Dou’â ne se limite pas à accomplir la Salât en levant ses mains et en s’asseyant et en énonçant toute parole qui traverse l’esprit. Pareille supplication n’est d’aucun avantage, car elle n’est qu’un simple mantra. Le cœur n’y participe pas et celui qui y a recours ne professe aucune foi dans la puissance d’Allah.

La prière, sachez-le, est une mort. Au moment de la prière le suppliant doit connaître la même anxiété et la même agitation que celles qui précèdent la mort. Sans cette tourmente et cette angoisse au moment de la prière, il ne sert à rien de supplier. L’on doit se lever la nuit et présenter ses problèmes devant Dieu avec des supplications accompagnées d’une grande humilité et des pleurs. Cette supplication doit produire un état semblable à la mort. C’est à ce stade que la prière mérite d’être exaucée. »

Le Messie Promis (a.s.) déclare : « Rappelez-vous également que la première et la plus importante prière est celle visant à purifier [l’âme] des péchés. Il s’agit du principal composant de toutes les supplications, car lorsque qu’elle est acceptée et que l’on s’est débarrassé de toutes ses souillures et impuretés, devenant pur aux yeux de Dieu, les autres prières concernant les besoins essentiels et mondains ne sont même pas nécessaires. Elles sont automatiquement acceptées. La plus grande prière – nécessitant un travail acharné et des efforts – est que l’homme prie pour qu’il soit purifié de ses péchés et devienne un Mouttaqi aux yeux de Dieu. Il faudra se débarrasser des premiers voiles recouvrant le cœur de l’homme. Quand ils commencent à disparaître, les efforts ne seront pas nécessaires pour se débarrasser des autres voiles, car l’on est accompagné de la grâce de Dieu et les milliers de maux disparaissent de leur propre chef. Lorsqu’on est pur en son for intérieur et qu’on a établi une relation sincère avec Dieu, Celui-ci devient automatiquement le Gardien et le Soutien [du suppliant]. Avant qu’il ne fasse de requête à Dieu, Celui-ci l’exauce. Ceci est un secret subtil qui se dévoile uniquement lorsqu’on atteint ce stade. Avant d’y parvenir, il est très difficile de le saisir. Cela exige un effort colossal, car la prière exige aussi une lutte. Allah ne Se soucie guère de celui qui est indifférent de la prière et s’en tient éloigné. Allah S’écarte de lui. La hâte n’est d’aucune utilité ici : Allah accordera gracieusement ce qu’Il souhaite et quand Il le souhaite. Il ne sied pas au suppliant de se plaindre immédiatement du non-octroi de la grâce divine et de nourrir des doutes. Il doit continuer à mendier avec persévérance et patience. »

Qu’Allah nous accorde la possibilité d’appliquer ces conseils et de faire que ce Ramadan soit un moyen d’établir un lien fort avec Allah. Que nous puissions suivre Ses injonctions et y porter une foi parfaite. Que nous puissions voir l’acceptation de nos prières ; et que cet état dure pour toujours. Que nous ne cessions pas d’être des serviteurs purs d’Allah, à la fois pendant le Ramadan et après le Ramadan. Qu’Allah nous guide sur Ses voies sans jamais nous en écarter et qu’Il nous regarde toujours avec amour. Que nous puissions respecter le serment d’allégeance prêté à l’Imam de notre temps. Que nous ne soyons jamais privés de la faveur d’avoir pu accepter l’Imam de l’époque. Qu’Allah nous protège du mal de nos adversaires et ennemis. Qu’Il exauce nos prières et retourne le mal des ennemis contre eux. Qu’Il ne cesse de produire les moyens pour le progrès de la Jama’at. Faites de ce Ramadan la source de l’exaucement de vos prières. Qu’Allah nous permette d’agir en ce sens. Priez également pour la condition du monde. Qu’Allah le protège de la destruction et qu’Il permette à l’humanité de reconnaître son Créateur.

Après la prière du vendredi, je lancerai un site de la MTA créé par MTA International. Il comprend aussi une application mobile présentant mes sermons du vendredi sur les 313 compagnons de Badr. Les membres pourront suivre ces sermons sur ce site et lire des profils des compagnons et aussi mettre en signet tout ce qu’ils ont lu et visionné.

De plus, il y a un quiz de questions et réponses sur chaque compagnon. Le site comporte également des cartes pertinentes ; y sont présentées les prononciations arabes des noms et des mots difficiles.

En sus des informations déjà disponibles, de nouvelles informations et vidéos seront publiées chaque semaine. L’adresse du site est : www.313companions.org. Comme je l’ai dit, je lancerai ce site après la prière de la Joum’ouah. Qu’Allah fasse que ce site soit bénéfique.